Missions

DA - WappenL’Académie diplomatique de Vienne (AD) propose une formation post-universitaire préparant les diplômé(e)s des universités et universités de sciences appliquées à des carrières internationales dans les domaines de l’administration publique et de l’économie, ainsi qu’à des fonctions de direction dans les organisations internationales et l’Union européenne.

Sa conception de l’enseignement repose sur les cinq piliers suivants :

  • critères universitaires d’excellence
  • formation interdisciplinaire
  • synergie entre théorie et pratique
  • compétences linguistiques
  • petits groupes : relation optimale enseignants/apprenants

Cette conception de l’enseignement assure aux élèves une formation aux relations internationales de très haut niveau - une entreprise commencée par l’impératrice Marie-Thérèse, fondatrice de l’Académie en 1754.

LE PLURILINGUISME A L’ACADÉMIE DIPLOMATIQUE DE VIENNE

La formation au plurilinguisme relève à l’Académie diplomatique de Vienne d’une longue tradition historique dont elle est fière. Si l’impératrice Marie-Thérèse a fondé en 1754 l’Académie orientale, ancêtre de notre établissement actuel, c’est que la politique étrangère autrichienne de l’époque avait besoin de diplomates maîtrisant en plus de l’italien et du français, langues alors classiques de la diplomatie, les langues orientales pour assurer leur mission dans les Balkans et au Proche-Orient. Les étudiants d’alors apprenaient jusqu’à sept langues étrangères, dont le farsi, le turc, l’arabe, et le grec moderne. Aujourd’hui, une conception intégrée et intensive de la formation en langues étrangères, en complément du programme en relations internationales, témoigne toujours de ce riche héritage.

Un campus hautement plurilingue

L'académie diplomatique dispose de trois langues de travail : l'anglais, l'allemand et le français. En plus des cours obligatoires dans ces trois langues, les étudiants de l'AD peuvent étudier en option toutes les langues offertes  par le centre de langues de l'université de Vienne. Dans les enseignements universitaires, l’anglais joue le rôle de lingua franca, du fait de son importance dans les échanges internationaux, comme de son usage intensif dans les organisations internationales. Il est suivi par le français, dont les enseignements - séminaires académiques et cours de langue - connaissent depuis 2007 une synergie exceptionnelle par la création, grâce à l’appui décisif de l’Organisation internationale de la Francophonie, d’une Chaire francophone de science politique en études européennes et internationales. Les activités de la cellule Felix Kreissler de recherche sur les relations franco-autrichiennnes concourent également à ce développement très positif. L’allemand, quant à lui, bénéficie naturellement d’une position particulière, grâce à la très grande richesse de son environnement social et culturel viennois, et à l’organisation d’une université d’été internationalement reconnue pour la langue allemande et la civilisation autrichienne.

Des étudiants polyglottes émérites

Les étudiants de la DA constituent un public plurilingue particulier, puisque non seulement 25 langues différentes environ sont utilisées chaque année sur le campus, mais, pris individuellement, les étudiants peuvent maîtriser à des niveaux divers jusqu’à huit langues étrangères pour certains. Tous utilisent en moyenne trois ou quatre langues en usage actif permanent.

Confirmant les résultats de la recherche dans le domaine de l’apprentissage linguistique multiple, les étudiants ont conscience de posséder une capacité à apprendre plus facilement les langues, et leurs excellents résultats aux diplômes finaux confirment leur capacité de progression supérieure à la moyenne.

Des ensiegnements de langue professionalisés inspirés par la didactique du pluirlinguisme

Dans ce contexte particulièrement favorable, les enseignements de langue développent une didactique particulière, ouverte aux contacts entre les langues parlées par les étudiants. Elle s’appuie sur l’intercompréhension entre langues d’une même famille, sur le rôle passerelle que peut jouer l’anglais pour l’apprentissage d’autres langues, l’entraînement à l’alternance codique en contexte professionnel, stratégies que ces futurs cadres internationaux utiliseront communément ensuite dans leur carrière.

Tout ceci en anticipant sur un usage professionnel des langues visées, rassemblant les savoir-faire en communication, la terminologie des relations internationales, la phraséologie diplomatique. Sans oublier bien entendu l’approche interculturelle, soutenue entre autre par des séjours à l’ENA à Strasbourg ou les recherches sur la ville de Vienne en été.

Il n’est pas étonnant dès lors que pour la grande majorité de nos étudiants cette importance unique accordée à la formation linguistique représente une des raisons de choisir l’AD pour leurs études post-universitaires.